Description
Program description

La Déclaration de Malabo sur l'agriculture africaine , et en particulier sur le commerce des produits de base agricoles et des services connexes, témoigne de la volonté des chefs d'État de promouvoir le commerce intra-africain en tant que pilier de son développement. Ce sera une réalité lorsque le commerce intra-régional fluide sera efficace. L'un des handicaps du commerce intra-africain est sans aucun doute le harcèlement routier qui affecte négativement le secteur. Le volume et la valeur des échanges intracommunautaires saisis dans les statistiques officielles de toutes les sources semblent toujours inférieurs au potentiel régional. Selon les statistiques de la CEDEAO, les échanges intracommunautaires des quinze pays de la Communauté ne représentent que 12% environ de la valeur de leur commerce extérieur.


Ce pourcentage, déjà considéré comme très faible, est également fortement influencé par les produits non agricoles, en particulier les produits pétroliers. Une des raisons de ce faible taux peut être attribuée à la non prise en compte des flux commerciaux qui ne sont pas capturés par les services publics.


Pour aider la région de l'Afrique de l'Ouest à mieux connaître les flux commerciaux transfrontaliers et le commerce intra-régional plus fluide, le CILSS a mis en place un système permettant de documenter et de diffuser le volume et la valeur du commerce ainsi que le harcèlement sur les routes. À ce jour, il existe (i) un système fonctionnel pour la collecte et la diffusion d'informations sur les flux commerciaux transfrontaliers et le harcèlement routier des produits agricoles et du bétail; (ii) la diffusion d'informations sur le thème depuis 2010 sans interruption; (iii) une base de données sur les flux commerciaux et le harcèlement sur les routes régulièrement mise à jour au sein du CILSS; (iv) un intérêt croissant des acteurs régionaux pour les données collectées par le CILSS. Le CILSS maintiendra et renforcera son système de suivi régional des flux commerciaux agro-forestiers-pastoraux et de la pêche afin, entre autres, d’améliorer l’information sur le commerce intrarégional pour une meilleure prise de décision.


The strategic Objective of CILSS Market Department is to contribute to improve intra-regional trade in agricultural, agri-food and livestock products in the Sahel and West Africa. Two specific objectives contribute to this strategic objective: There are: i) Provide to market actors with the tools and information needed to promote intra-regional trade in agricultural, agri-food and livestock products in the Sahel and West Africa; ii) Disseminate information on regional trade policy instruments, trade opportunities related to agricultural products, agricultural inputs and livestock and trade facilitation.


Pour le CILSS, la région ouest africaine peut s’alimenter à partir de la production régionale destinée à la fois aux produits agricoles et aux produits de l’élevage et de la pêche. Cette hypothèse permet à la région d’être résiliente aux facteurs négatifs du marché mondial. À cette fin, conformément au schéma de libéralisation des échanges de la CEDEAO (ETLS), les produits agricoles et alimentaires de la région doivent pouvoir passer librement des zones de production aux zones de consommation et des zones excédentaires aux zones déficitaires. Le commerce intrarégional est donc essentiel pour assurer un approvisionnement régulier des différents marchés de la région, contribuant ainsi à garantir la sécurité alimentaire et nutritionnelle de la population grâce à la disponibilité et à l'accessibilité des produits. En outre, le développement du commerce intrarégional de produits agro-pastoraux et de produits de la pêche contribue à la création de nombreux emplois le long des différentes chaînes de valeur et aide à lutter contre la pauvreté. La libre circulation dans les échanges intrarégionaux de produits agropastoraux et à base de poisson est entravée par de nombreux types d'obstacles, notamment des obstacles physiques et non physiques, ainsi que des obstacles tarifaires et non tarifaires. Celles-ci sont le lit de nombreuses charges administratives, sources de coûts supplémentaires, qui pèsent sur les coûts de transaction: taxes officielles, prélèvements, paiement illégal, etc. De plus, la multiplicité des points de contrôle occasionne des retards dans la livraison des produits sur les marchés de consommation et des pertes de produits, en particulier pour ceux qui sont des produits périssables. La combinaison de tous ces facteurs contribue à faire monter les prix de revient des produits, à réduire la compétitivité des produits dans la région au détriment des produits importés et à limiter les revenus, la création d’emplois et même l’accès des populations vulnérables. Le CILSS, par l’intermédiaire de son Département des marchés régionaux (PRA-MARCHES), s’engage à promouvoir le développement du commerce intrarégional, à renforcer la libre circulation des échanges de produits agricoles et agroalimentaires en Afrique de l’Ouest et au Sahel (Mauritanie, Tchad, 15 pays de la CEDEAO). Pour ce faire, et sur la base d’une méthodologie rigoureuse, ce programme met en place un système régional d’information sur les marchés (SIG) en documentant le volume et la valeur des flux transfrontaliers et en documentant au jour le jour les obstacles au commerce le long des corridors commerciaux, en menant des activités de performance des corridors pour les produits agricoles, en renforçant les capacités des commerçants de la chaîne de valeur et des acteurs connexes, en menant un plaidoyer de haut niveau pour réduire les obstacles au commerce. Ces activités sont hautement appréciées par tous les acteurs régionaux et sont menées depuis 2013 avec le soutien de l'USAID.


En outre, la production et la diffusion de rapports sur les flux commerciaux, le harcèlement routier et les obstacles au commerce régional de produits agropastoraux se poursuivront, ainsi que l'organisation de ROADS SHOW pour sensibiliser les parties prenantes (administrations publiques, douanes, gendarmerie, transporteurs aériens, etc.). secteur privé, etc.) aux conséquences des barrières commerciales sur le commerce régional de produits agro-pastoraux et d’élevage.


copy; CILSS - AGRICTRADE